Asthme sévère

L’asthme est une maladie inflammatoire des bronches. La maladie se manifeste par des épisodes de gène respiratoire comportant un essoufflement, une toux, des oppressions thoraciques et des sifflements. Ces manifestations respiratoires, appelées « crises d’asthme », sont causées par une obstruction des bronches. Cette obstruction est liée d’une part à l’accumulation de sécrétions dans les bronches et d’autre part à la contraction du muscle qui entoure les bronches, ce qui entraîne leur fermeture. Le plus souvent les crises d’asthme cèdent spontanément après quelques minutes. Elles peuvent être soulagées plus rapidement en prenant des traitements bronchodilatateurs par inhalation comme le salbutamol, qui permettent de relâcher le muscle bronchique et donc de rouvrir les bronches. Entre ces épisodes respiratoires, les patients ne ressentent aucune gêne respiratoire.

Dans certaines situations, comme lors d’infections respiratoires ou d’exposition aux allergènes chez les allergiques, les patients peuvent présenter ce qu’on appelle des exacerbations d’asthme. Les exacerbations d’asthme sont des « poussées » de la maladie qui peuvent durer plusieurs jours voire plusieurs semaines. Pendant les exacerbations, les crises d’asthme sont de plus en plus rapprochées et de plus en plus intenses, les traitements bronchodilatateurs sont de moins en moins efficaces et les symptômes persistent entre les crises. Les exacerbations représentent toujours un risque vital pour les asthmatiques et doivent être traitées très rapidement par corticoïdes en comprimés ou en perfusion sur une courte période, généralement une semaine.

Dans l’asthme, l’inflammation des bronches est liée à une réponse « anormale » du corps aux particules présentes dans l’air respiré. Par exemple, la réaction que les bronches produisent en réponse aux virus ou à la pollution, normalement destinée à se défendre, produisent chez l’asthmatique une inflammation néfaste.

Le diagnostic d’asthme repose sur la mise en évidence d’une obstruction des bronches par la mesure du souffle au cours d’un examen appelé spirométrie. Contrairement aux autres maladies respiratoires, l’obstruction bronchique est réversible dans l’asthme c’est-à-dire qu’elle s’améliore et peut même disparaître avec des traitements bronchodilatateurs : le souffle redevient alors normal.

Le traitement de fond de l’asthme repose sur les corticoïdes par voie inhalée parce qu’ils permettent d’éliminer l’inflammation présente dans les bronches. Au long cours, les corticoïdes sont administrés par voie respiratoire, ce qui permet de traiter efficacement l’inflammation tout en évitant les effets secondaires de ces traitements, qui apparaissent lorsqu’ils sont donnés par voie orale. Un traitement par corticoïdes inhalés permet de soigner efficacement la majorité des asthmatiques. Les patients ont alors plus ou très peu de crises : on dit que l’asthme est contrôlé. L’amélioration de la qualité de l’air respiré est fondamental dans la prise en charge de l’asthme : tabagisme, fumées, allergènes, moisissures, irritants, polluants doivent être supprimés de l’environnement.

Néanmoins, dans un faible nombre de cas, l’asthme résiste aux traitements. C’est ce qu’on appelle l’asthme sévère. L’asthme sévère touche moins de 5% des asthmatiques. Les crises d’asthme persistent malgré le traitement par corticoïdes inhalés, même donné à forte dose et malgré l’ajout de traitements supplémentaires. Ces patients ont des manifestations respiratoires plus intenses et des exacerbations d’asthmes plus fréquentes et plus graves. L’obstruction des bronches, qui est habituellement réversible, peut devenir irréversible. L’asthme sévère peut être à l’origine d’un véritable handicap d’origine respiratoire et limiter les activités quotidiennes. Jusqu’à récemment, la prise en charge de l’asthme sévère reposait sur la prise de corticoïdes par voie orale et au long cours. Ces traitements plus ou moins efficaces se compliquent au long cours d’effets secondaires majeurs au niveau cardiaque, osseux, infectieux etc.

Une forte dynamique de recherche permet actuellement le développement de nouveaux traitements de l’asthme sévère, qui sont efficaces et avec peu d’effets secondaires. Par exemple, depuis une dizaine d’années, des anticorps bloquant la réaction allergique permettent de traiter efficacement l’asthme sévère allergique. Par ailleurs, de nombreux médicaments et techniques interventionnelles, comme la thermoplastie qui consiste à effectuer un traitement des bronches par la chaleur, voient le jour.